rugby_ffrcoupe_dumonde2007drapeau_angleterredrapeau_france

LE RUGBY ROY

Le pays de

la Rose

et celui des Coqs ont une longue histoire derrière eux. Souvenons-nous de celui qui nous fit aimer le Rugby en France, qui a fait de ce sport, une passion qui peut se pratiquer à tout âge.

Le Rugby est né au début du XIXème siècle, pourquoi ce terme de fair-play ? C’est qu’au départ un match de Rugby n’avait pas de limite à cette époque vers 1825, à l’heure actuelle il ne dure que 80 minutes, parfois plus avec le temps additionnel, il excède rarement, en dehors de prolongations.

Lorsqu’il est né, il se jouait avec 20 joueurs. Un match pouvait durer de 2 à 4 jours, jusqu’à épuisement. Match, ho combien folklorique. Point d’arbitre, 1 capitaine, d’un côté comme de l’autre pour faire régner l’ordre, comme ils le pouvaient sur le terrain, dans le vrai fair-play.

Le Rugby devenu sport professionnel, démontre une chose, il met au grand jour, ce que certains tentent de dissimuler au petit jour, ou à la petite nuit. Que de changements, quelques chiffres, samedi 13, 90ème confrontation pays de

la Rose

-pays du Coq.

La France

présente un palmarès avantageux. N’oublions pas dans le cadre des grandes confrontations ; un certain Wilkinson ; en

2003 a

écrasé à lui seul, l’équipe de France de l’autre côté d’un continent.

Peut-on parler de revanche ? Non, le fait que le Rugby prenne ses lettres, il le doit avant tout à ses joueurs ; à ces hommes talentueux d’une carrure et d’un masque qui se situent de l’autre côté du miroir. Venu dire ont est Grands on est Forts. Certain(e)s, les trouvent beaux, Ils ont le cœur sur la main.

Les Rosbifs, comme on les appelle couramment : sont nos ennemis, certainement pas. Qu’ils soient les meilleurs amis des français : Non!! Que nous soyons copains : oui. Ce que nous pouvons voir, à chaque fin de match, que se soit avec tel ou tel pays ; que ce soit celui qui a subit la défaite ou celui qui a eu la victoire, forme une haie d’honneur avec tous les joueurs. Chacun ayant le sens d’un devoir du respect.

Ce qui ressort d’avantage, dans le cadre d’une compétition telle que la coupe du Monde, du Tournoi des Six Nations, un match n’est pas bientôt fini, que les joueurs sont déjà plongés dans le suivant.

Cette Coupe du Monde, nous a réservée bien des surprises.

Bernard Laporte à fait beaucoup parlé de lui, d’abord en tant que futur membre du gouvernement.

Au travers des maillots vendus sur Internet, même si ces fonds vont à une œuvre caritative, une institution associative n’étant pas obligée de publier ses comptes ; les sommes restent excessivement importantes, il aurait peut-être mieux valut un prélèvement ou des places moins coûteuses sur chacun des matchs, pour que tous les enfants du monde, puissent en profiter, plutôt que cela ne repose que sur une seule classe, c’est pas du social mais de la démocratie.

Il faut, lui rendre hommage, les ondes créées autour, par lui, c’est ce que les joueurs ont trouvé. Pour tout cela l’équipe de France est ce qu’elle est en 2007.

La France a réussi à emporter la préparation de la Coupe du Monde de Rugby 2007, il faut remonter en arrière. Il a fait briller les cœurs d’enfants, surtout qui approchent les 55 à 60 ans, Roger Couderc. Il est le pilier, le 16ème homme des Bleus. Lorsque l’on constate les progrès techniques à tous niveaux que les différentes équipes ont pu faire, le Rugby a apporté un plus de savoir vivre, de respect.

Là, Saint-Denis. Pourquoi le Stade de France a-t-il ce nom ? Il a fait l’objet d’une consultation populaire, le nom « Stade de France » a été retenu. Il a vu défiler des masses de vedettes, supporters.

Avant le coup d’envoi de ce match, les deux équipes sortant des vestiaires, n’ont pas d’armes de guerre, sinon que la conviction qu’ils portent au fond d’eux-mêmes. Offrir un spectacle de qualité-gagnant.

Le sport est beau, lorsqu’il est pratiqué de bon aloi. Règle primordiale du Rugby. Il y avait comme encore dans le temps, un partage, le côté monastique : le côté moralisateur côté gentleman-patriarcal. Ces gens qui pratiquaient ce sport et la décision du capitaine demeuraient souverains. De l’autre côté de la Manche, de ce côté-ci, comme en Terre Gauloise.

Les exemples sont et restent divers, mais on a vu en de rare exception, des joueurs refuser

la mêlée. Comme

le disait Pierre Albaladejo il y a de sacrées châtaignes qui s’y déroulent. Ils peuvent perdre ou gagner. Comme le disait le célèbre Pierre de Coubertin instigateur des Jeux Olympiques Modernes, le principal étant de participer. Sa place est insuffisante pour justifier ce que le sport peut amener à une jeunesse que l’on croit parfois aux orties, alors que la valeur du sport est là. Elle est vivante pour ceux qui y croient, avec Ame, comme quand on tourne un film, non on n’oubliera pas.

Un vainqueur, un vaincu une évidence à la 90ème minute. Essayez de diviser par deux, on constate que nous sommes sur le même méridien : Greenwich 45ème, correspondant au point zéro.

A avoir vibré, que ce soit dans un milieu défavorisé, voir parfois tout seul, vu de quelques heures d’une joie; la nature est capricieuse, comme ce ballon ovale qui va là où on ne l’attend pas souvent.

Le Rugby a ses lettres de noblesses par ses joueurs, qu’ils seraient trop fastidieux de nommer, parce que lassant pour eux-mêmes. Quoi qu’il en soit, quoi qu’il en demeure, on constate cet amour, cette passion pour ce sport : d’où vient ce satané : Rugby.? Il  a même largement, contribué ainsi que d’autres sports.

Hommage à ce sport, 30 joueurs, rentrent sur le terrain, seule ambition défendre ce qu’ils ont au fond du ventre. Un jeu bien joué, meilleur exemple pour drainer les jeunes, les moins jeunes pour pouvoir se diriger par la suite, vers tous les problèmes de banlieues, quels qu’ils soient, cela serait solutionnées depuis longtemps, si les infrastructures utiles à tous sports confondus avaient été mises en place.

13 octobre 2007, place à la finale, au sport. Laissons arriver les joueurs, Dans le temps nous avions « Casque d’Or » qui n’est autre que : Jean-Pierre Rives

Actuellement c’est Chabal, simplement mi-homme, mi-extraterrestre. De l’autre côté Wilkinson pied de la victoire « Monsieur Drop », d’ou l’importance, de porter le ballon de l’autre côté de la ligne.

Que le match commence !!!!!!! Place au Rugby Roi dont certains furent des victimes ?

Les hymnes nationaux, une nation derrière son équipe, vibrant, vivant à tel point que chacun voudrait être à leur place avec ses moyens, un comble au Stade de France c’est l’Angleterre qui reçoit la France.

Les clameurs se meuvent dans le stade, de l’autre côté de la Manche, supporters des deux équipes sont là. Allez les Petits : Le coup d’envoi : ballon pas normal comme « ils disent » TF1 : Bernard Laporte, Pelouze, venus tâter le terrain, dire : « à vous les Petites Anglaises ». Faudra d’abord vaincre le XV à

la Rose.

La tactique annoncée la même que contre les All Black. Les Anglais vont-ils se laisser prendre non pas comme à la bataille de Trafalgar ? La bataille fut cuisante en ce qui nous concerne.

L’Angleterre va-t-elle conservée son titre de champion du monde de 2003 ? Tout le problème, le dilemme est là, les XV du coq de l’équipe de France y sont confrontés.

Les Français ont gagné le toast et donneront le coup d’envoi. Kaplan, arbitre de l’Afrique du Sud dirigera cette rencontre. Un vent de panique souffle, à 1’20 du coup d’envoi, sur un dégagement, l’équipe de

la Rose

, marque le 1er essai; l’Angleterre face au premier rebond passe le long de la ligne via l’en-but.

Wilkinson tente sa première transformation, elle passe à gauche du poteau. L’Angleterre mène 5 à 0.

Pénalité pour l’équipe de France à l8ème mn un coup de pénalité remet

la France

sur les rails, encore à 2 points de l’Angleterre, 5 à 3, en faveur des hommes de

la Rose.

A la 10ème mn les français se montrent particulièrement fébriles, un match très haletant ; 15‘ viennent de s’écouler, on a le sentiment qu’il n’y a que quelques secondes ; de part ces deux équipes qui donnent le maximum de ce qu’elles ont au fond d’elles-mêmes dans la devise du fair-play, rester dans du Rugby.

A la 16ème mn une nouvelle tentative de transformation qui permettrait à

la France

de mener 6 à 5. Quelques 10ème de seconde d’attente pour connaître le résultat de cette transformation. La balle passe entre les poteaux pour la 1ère fois, à  la 17ème mn, l’équipe de France prend l’avantage : 6 – 5.

C’est un jeu alerte, vif auquel on assiste ; 30 hommes qui se donnent à fond de tout leur cœur.

Fabien Pelouze est obligé de quitter

la pelouse. Et

voici celui qui est le plus craint des hommes de la Rose le fameux Chabal, rentre sur le terrain.

30ème mn Chabal est touché, on assiste à une véritable bataille de tranchée, avec un Rugby de haute volée.

40’

pause qui passe à la vitesse grand « V » la France mène 6 à 5.Pénalité à la 42ème’ bien placée, une minute après la reprise de jeu, elle se situe presque face au poteau.

L’équipe de France va augmentée son avantage ? 43ème mn, celle-ci passe, France 9 Angleterre 6.

Les français commettent beaucoup d’erreurs, dans l’interception, le détail qui « tue » la victoire promise.

Sur la ligne des

22 mètres

de l’équipe de France, à l’extrême gauche le ballon va-t-il passé entre les poteaux ?

36 mètres

, Wilkinson et son ballon « passe » entre les poteaux. Wilkinson (3) 8 – France 9.

A la 50ème mn, le capitaine France : Ibaniez, quitte le terrain, Michalak, entre. Le tournant du match, où il y a une mêlée à

5 mètres

de

la ligne Anglaise. Une

tentative de drop à la 52ème mn de Michalak, passe à côté, sur la gauche des poteaux anglais.

A la 59ème’ les anglais manquent un drop, la charge sonne une pénalité sauve

la France

d’un essai.

1 point d’écart, à 15mn de sa finale, la France doit se réveiller, ou alors les marrons seront chauds, chauds !!!! Incessant aller-retour du ballon dans les deux camps.

66ème minute, Betsen quitte le terrain, afin d’élargir le champ d’attaque. La puissance française à sonnée la charge, avec à nouveau Chabal à la clef.

A la fin de la rencontre, les bleus, les hématomes n’auront plus de sens. La pression doit être française, au maximum puisqu’il reste 10 mn à jouer et le vainqueur n’est pas encore désigné.
Un match percutant, où les Anglais se sont montrés bien plus agressifs. Le match est crispant de chez crispant, le premier qui marquera un coup de pied de pénalité ou un drop, aura gagné.

Voilà ce qui était à craindre, à la 73ème mn un plaquage haut, envoi l’anglais au sol, donne un coup de pied de pénalité fort justifié. Face au poteau, on voit difficilement Wilkinson, louper. L’Angleterre reprend l’avantage à la 74ème’ en menant 11 à 9, les dernières minutes sont plus que haletantes.

Le Rugby de tranchée est engagé. 78ème mn, Wilkinson va priver l’équipe de France de cette finale tant convoitée, mais « les favoris » sont échecs. Ils semblent avoir remportés la victoire pour aller en finale.

On peut dire avec beaucoup de déception, pour les Français, l’Angleterre a méritée sa place en finale.

Le plus victorieux : le Rugby, et l’équipe de France se retrouvera pour la petite finale, celle bien sur où ils n’aspiraient surtout pas après avoir battu les All Black.

Score final 14- 9. Le rêve s’est échappé du territoire français. Les Anglais vont se retrouver soit face l’Afrique du Sud, ou aux Argentins qui nous ont battus en ouverture de la Coupe du monde. Les joueurs ont donnés le meilleur d’eux-mêmes.

La chose qui en subsistera sur ce terrain, c’est l’hégémonie d’un groupe qui réunit autour d’un cercle, ce quelque chose qui demeurera invisible, se sont les larmes des joueurs ; et surtout celui d’un Chabal fantastique, numérique au plein sens du terme et qui laissera sur le terrain, quelque chose qui ne se voit pas : les larmes défaites ; elles s’effaceront dans le gazon où le Rugby gagne ses lettres de noblesse.

La démonstration est faite 30 joueurs sont capables de rentrer sur un terrain. Seule ambition la valeur de ce qu’ils ont au fond du ventre, le meilleur exemple, pour les jeunes ou les moins jeunes pour la suite.

Le Panda

Patrick Juan.