banpartisdisparition.jpg

Les pamphlétaires, les Médias, ces derniers temps, font comprendre, que le plein de liberté tue la Liberté. Ensuite, le pouvoir assassine le Pouvoir politique. Des excès, voir plus dans certaines expressions ou attitudes, sont inadmissibles pour certaines fonctions.

Nicolas Sarkozy, a été élu président de la République, depuis le 6 mai 2007.

Il l’est jusqu’en 2012, sauf problèmes impondérables, le Président de tous les français.

Le Président, film de Henri Verneuil (voir l’extrait et sa suite), ne servira plus d’homme avec ce charisme ?

Le président ne peut régenter, dominer, conquérir tel Alexandre Le Grand ou Napoléon tentèrent de le faire pour la passion du pouvoir. On en connaît la finalité.

Les quatre points cardinaux ou les illuminati ne savent-ils plus comment se gérer ?

Les Nations, villes ne se dirigent pas ou plus aux grés des Partis, mais par des hommes et des femmes en place.

La valeur de l’alternance existe pour rappeler l’ordre en première instance, la population, elle-même, pourrait aussi intervenir plus activement.

Les questions légitimes qui suivent pourraient dès lors se poser.

Une politique appliquée par un gouvernement d’ouverture ne bloque-t-elle pas la politique de nos élus ?

L’Assemblée Nationale est-elle bâillonnée ? Le Sénat ? Les deux Chambres sont-elles justifiées ?

La cohabitation et la proportionnelle ne sont-elles pas la solution ? Pour éviter que tous les pouvoirs ne soient dans les mêmes mains.

Prenons l’exemple de la Patrie des Droits de l’Homme. Le phénomène semble s’appliquer à l’ensemble de l’Europe voir même au-delà.

Le Contrat Européen Simplifié « Un leurre » ?

Le MoDeM cherche ses repères et s’étonne d’un succès passager qu’il n’avait pas prévu.

Le P.S. est en luttes de conflits internes.

Les autres partis ont été tous pratiquement laminés, par un pouvoir que certains appellent « dictatorial ». Dans le cas contraire il suffit de voir l’endettement de la France face à l’Europe

L’alternance ne sera pas pour 2008. Ce n’est pas une position partisane, simplement un ras le bol, du manque de pouvoir d’achat.

Voir 60 Millions de Consommateurs et les pouvoirs des réseaux de grande distribution, c’est un trouble qui justifie amplement la grogne.

Que devient la Justice ? Vu la position de la Gardes des Sceaux : Rachida Dati. Justice pour riches ou pour misérables ?

Des réformes s’imposaient, les choses faites immédiatement, un constat : Les caisses de l’Etat, sont vides, au profit de qui ? Ce qui était sur la table, un changement avec les pouvoirs d’avant, pas nécessairement une cassure avec la base.

Le Premier Ministre, Monsieur François Fillon, tente de faire oublier l’agressivité, les démonstrations de force dans les quartiers difficiles, même si force doit rester à la Loi, où le spectaculaire passe-t-il sur la raison ?

La Presse de tous bords ou presque a imposé en 2007, Madame Ségolène Royale et Monsieur Nicolas Sarkozy dans cette extrémité parfois insoutenable.

La majorité de cette élite tient-elle en mains le CAC 40 ? Non. Les décisions extérieures transférées par l’Europe d’abord et le monde ensuite, non plus

Les Chefs d’entreprises de ce gotha dépassent 6 millions d’euros mois de revenus net.

Leurs actions-cotations ne cessent d’augmenter. Dans le même temps, le pouvoir d’achat patine ou s’étiole dans les abysses.

Propos tenus, langage non respecté, manque de transparence, absence de clairvoyance, c’est là que la fébrilité s’instaure, avec des termes qui font perdre la raison et montrent les raisins de la colère.

Possibilités de redressements, comment alors que certains n’ont cherché à préserver que leurs propres intérêts, avant de faire avancer ce pourquoi ils sont élus : le bien commun pour toute la population qui a voté dans ce sens.

N’est-ce pas le manque de combat sur le terrain, et certaines arrogances qui ont fait que les choses auraient pu basculer ? La loi d’entonnoir des partis sur l’ensemble des nations ne sonnera-t-elle pas le glas des partis comme machine de « guerres » ?

Le président de la République avait déclaré, lors du repas du CRIF, ne jamais serrer la main d’un homme ou d’une femme, qui ne reconnaîtrait pas l’Etat d’Israël.

Il a reçu Kadhafi qui est ce qu’on en sait. En Algérie, il a passé plusieurs jours avec Abdelaziz Bouteflika. Il a rencontré le Dictateur sanguinaire Sassou-Nguesso.

Tous non pas seulement bafouer les Droits de l’Homme, mais ils « ignorent » Israël » qui selon eux n’existe pas.

Il ne leur a pas serré la main, c’est vrai. Est-ce la vente du baiser de Judas ?

C’est ce que nombreux se disent : Marianne se bande les yeux. La Revue Marianne, elle, dénonce ces faits.

La poignée de main ne devait pas avoir lieue s’est terminée en baiser d’amitié.

Que peut-on déduire de cela ?

Réputé insubmersible, le Titanic ou le France ont fait pleurer combien de gens et ont entraîné combien de morts au fond des eaux.

« Vouloir vivre à tous prix les Partis le peuvent-ils encore ? » devient la question cruciale.

Le respect de la Constitution Française, l’Assemblée, de ses Régions, de ses Conseils Généraux, font-ils de la France une valeur du temps passé mais encore respectée ?

Jean Gabin interpréta « Je sais que l’on ne sait jamais, ni le bruit ni la couleur des choses.

Il n’y a qu’une chose que je sais, le jour où quelqu’un vous aime, il fait très beau. C’est tout ce que je sais, mais cela je le sais »

Souhaiter un pouvoir d’achat égal à l’augmentation des produits de premières nécessités que tout un chacun souhaite semble normal. De plus, il faudrait que cela soit le cas à la hauteur du train de vie de l’Etat.

Dans le cas contraire, c’est la fin des Partis, ou de certains monopoles sangsues ?

Le Panda

Patrick Juan