drapeau_france

image

lesbleus

rugby_ffr

QUART DE FINALE RUGBY MEMORABLE

Octobre 2007, dans les chaumières française, les souffles se sont tuent, soit l’équipe de France soit la Nouvelle-Zélande. Qui seront les vainqueurs, de l’autre côté de la Manche ?

Le match des maillots a été gagné par l’équipe de France, au tirage au sort qui jouera en bleue, les All Black joueront en gris. Le premier quart d’heure s’annoncera décisif.

Le fameux Hakka venu de l’autre pays, comme les All Black le dernier signe est suffisamment expressif lui-même. Faudra-t-il en déduire, le match perdu contre l’Argentine, en match d’ouverture au Stade de France a marqué les limites de cette équipe de France ? Les All Black sont capables de tout ; les coqs tricolores aussi.

Le moment n’est pas au pessimisme, il est à la fébrilité, à l’excitation que peux apporter une rencontre de ce type où 25 000 français, ou tout du moins au minimum supporte l’équipe de France, ont pris place dans ce stade emblématique de Cardiff.

Suivre avec une certaine intensité cette épreuve où le ballon parfois peut se montrer capricieux du fait de son ovalisé, reste presque délirant.

Ceux qui ont été les meilleurs pourfendeurs et les gagneurs, sont les organisateurs de la coupe du monde 2007 qui s’est déroulée en France, et sponsors Européens ont été très largement récompensés, pour ce qui est après tout demeurera, en tous les temps un jeu.

Toutefois des gars comme on en a rarement vu, c’était plus à quinze mètres, les yeux dans les yeux : « Je t’aime, moi non plus » le non moins célèbre Hakka, face « au bleu, blanc, rouge.

La France donne le coup d’envoi de ce match. Est-ce une bonne prémices ou est-ce de se trouver les yeux dans les yeux pour bien montrer aux All Black : Nous sommes présents !

L’arbitre, effectivement à tout honneur, tout seigneur : est Anglais.

A la quatrième minute, un sacré coup pour l’équipe de France, Betsen se retrouve KO. Il est sur le terrain tous les soigneurs le staff médical s’affaire autour de lui. C’est un joueur qui ne nous a pas habitué à ce genre de choses, donc on ne peut pas dire, qu’il y est une similitude quelconque entre vouloir tricher et l’obligation de quitter le terrain.

Après plus de deux minutes et demi de soin intensif il prend le sens de la touche applaudit par les 75000 spectateurs qui ont envahi Cardiff, il ne sait plus (c’est le cas de le dire), où il habite.

A la 12 ème une pénalité est sifflée contre la France, justifiée mais qui permet aux All Black d’aller plus loin, pénalité facile à réussir, mais il fallait le faire, les All Black 3- France 0.

Les All Black en cette première partie de jeu ont compris, de quelle manière voulait jouer les Français. Et tout proche de la 16ème minutes, ils se trouvent à 5 mètres de la ligne Française, l’essai s’avère être tout prometteur, c’est le premier essai de ce match, malgré le fait effectivement, l’arbitre demande vidéo, la Nouvelle Zélande à priori manque son coup de pied de transformation, se trouve menant 8 à 0.

Le milieu de terrain Black a compris comment il fallait procéder, pas plus d’une minute plus tard, la sanction tombe, il n’y a pas de passage en touche. Donc 8 à 0 avant ce passage en touche de cet essai. La Nouvelle Zélande se retrouvera à 11 et la France à 0.

Cela démontre que la moindre erreur se paye cash, contre les All Black.

30ème minutes coup de pied réalisé, la Nouvelle Zélande mène 13 à 0, contre ce qui semble être une modeste équipe de France, bien montée techniquement mais très mal intentionnée donc son jeu est faussée ? Est-ce-que à ce moment là on ne joue pas à contre courant et contre nature.

Pénalité à la 36 ème va-t-elle permettre à l’équipe de France de ramener ce score à 13-3. La pénalité quoi qu’il en soit, même si elle est bien placée, le ballon passe à côté.

C’est comme-ci les Français jouaient la trouille au ventre, à 32 mètres légèrement déplacée du poteau. Et non le ballon ne passe désespérément pas, les français ne semblent pas être à la hauteur de la rencontre.

A la 39 ème avant le coup de sifflet final de la première période, l’arbitre siffle une nouvelle pénalité, c’est peut-être le moment pour que la France marque ses premiers 3 points.

La plus tombe sur Cardiff, les 3 premiers points vont dans l’escarcelle France.

Messieurs marqués bien la pause, c’est l’heure du thé !

Les 40 minutes à venir seront-elles les bienvenues pour libérer la France ? Il n’y a pas de neige en France, hormis sur les sommets de l’Edelweiss, les All Black sont indiscutablement supérieurs à l’équipe de France que ce nous avons vu en première mi-temps. Ils ont été contrecarré sur un plan technique en les empêchant de jouer, mais les enfants de la France ont joué un antijeu et pas le leur. Pour ne pas paraître ce que l’on est, pour ne pas retrouver une sorte de défaite, dixit Laporte : « Nous ne sommes pas la meilleure équipe du monde, mais nous avons gagnés ».

A la 45 minutes il y aurait pu y avoir un essai de pénalité, mais non il y eu l’exclusion d’un Black, les français sont à l’avantage. La transformation oui ! La France n’est plus que menée que par 13 à 6 à la 46 ème. La chance fait-il un clin d’œil à la couleur bleue ? Possible…

La rentrée du mythique Chabal va-t-elle changer quelque chose ? À la 50ème minute

la rentrée de Chabal a chantée quelque chose, à la 53ème minute le premier essai de l’équipe de France, est presque entre les poteaux.

Un essai magnifique de Dusautoir : va-t-on égaliser à 13 partout. Donc ce fameux numéro 7, cette 7ème marche à franchir. Lionel Beauxis va-t-il arriver ? Oui ! Avec l’aide du poteau ! 13 partout !

Les All Black vont-ils se révolter ?

A la 55ème, les Français et les All Black se trouvent à égalité. 15 contre 15.

La rentrée de Chabal à fait retrouver son jeu traditionnel et réussir à déstabiliser les gris d’un soir ; il n’est pas nécessaire de tomber dans les fossés !

Quel que soit le résultat, les All Black reprennent le jeu en main, mais on assiste à une magnifique deuxième mi-temps.

Sur une fameuse passe de jeu, les All Black réussissent à démonter l’équipe française, l’essai a été refusé car le ballon avait touché la terre auparavant. La vidéo va rendre son verdict, mais à priori l’essai est valable. Et voici l’essai de Soriano le numéro 8 qui est validé, et donc la nouvelle Zélande prend l’avantage : donc 18 à 13 si la pénalité de l’essai transformé est passée, ce n’est qu’à ce moment là que la Nouvelle Zélande mènera 20 à 13.

Le score reste de 18 à 13 la transformation ne s’étant pas faite.

Les All Black, se montrent plus fébriles ?

14 minutes à jouer dans le temps effectif, les All Black sont-ils partis pour une nouvelle victoire et pour la qualification dans la demi-finale.

La rentrée de Michalak devrait s’imposer notoirement sans aucun problème. Beauxis semble plus que fébrile. Et voilà donc ce qui était annoncé Michalak rentre à la place de Beauxis. C’est l’échange du numéro 10 contre le numéro 20 qui sort du terrain.

Rentrée de Michalak à la 60ème minutes qui fait une passe magistrale, la France pour la première fois va-t-elle prendre l’avantage au score L’égalisation est à nouveau là.

C’est une magnifique équipe de France qui joue là, maintenant son véritable jeu, son match.

Jausion rend le bonheur à l’équipe de France en marquant l’essai tant convoité.

A la 69ème minutes et ce n’est pas un jeu de mots, la France depuis le départ du match va prendre l’avantage 20 à 18.

Le vrai visage de la France se dessine. Est-ce que Laporte avait bien calculé son coup et que les All Black avaient mal regardé les vidéos, dans une dizaines de minutes nous le saurons.

Une touche magnifique du numéro 14 qui propulse le jeu, dans les 22 mètres des All Black.

Alors que nous abordons la 74ème minute du match, les All Black jettent toutes leurs forces dans la bataille. Plus que 6minutes dans le jeu effectif. La France tremble manifestement, tous les spectateurs-supporters attendent avec beaucoup d’appréhension le résultat final. Mais si la France gagne pour le moins que l’on pourra dire, ce sera un exploit.

Un véritable combat de tranchée dans lequel se ruent les deux équipes, ce sont les All Black qui avancent et qui continuent à faire trembler.

30 secondes ! Un calvaire ! Incroyable ! Combien de prolongation y aura-t-il ?

C’est incroyable c’est la France qui renouvelle l’exploit qui avait réalisé la performance en 2000, ils ont battus les All Black : Ex-Champions du Monde par 20 à 18.

On ne peut dire une seule chose, Chabal l’homme des cavernes à partir du moment de son entrée sur le terrain, l’équipe de France a prit une autre dimension. Quand à Michalak indiscutablement il est l’ouvreur de l’essai qui a permis à l’équipe de France sa victoire.

Bravo c’est d’abord une équipe de copains qui a gagnée, cette conviction ils l’a portaient en eux, l’édulcoration ils la transmettent à toute la France. C’est cette équipe qui est amenée à disputer les matchs pour l’équipe. L’amitié était là, la correction était là, la politesse était là.

Quoi que l’on puisse dire les All Black ont été à la hauteur de ce qu’on attendait d’eux et ce fut avant tout un match d’hommes et d’honneur.

Le dimanche, dans la foulée les 2 équipes qui se confrontent à Marseille font passer des frissons dans les tribunes et les Fidjiens sortent « grandis » de cette confrontation même en perdant ce Match de qualification pour les demi-finales face à l’Australie. Le score final ne reflétant pas le déroulement de la rencontre 37 à 20. Mais dans les deux matchs narrés, vécus, avant celui de l’Argentine au Stade de France ce soir, je vous livre mes émotions avant la demi-finale du samedi à venir : France-Angleterre, cela ne vous rappelle rien ? Moi si 2003.

Un souffle vient d’agir et dit : « Allez les petits je vous regarde » Merci Roger et allez les bleus.

Le Panda

Patrick Juan.